fbpx

Véritable enjeu stratégique, le développement des offres cloud ne cesse de focaliser l’attention des géants de l’informatique. IBM n’échappe pas à cette réalité, investissant notamment dans le but d’accentuer l’impact de sa solution de cloud hybride (combinaison de serveurs internes et de stockage dans le cloud).

C’est dans cette optique que le 28 octobre, IBM a annoncé avoir conclu un accord de 34 Milliards de dollars afin de racheter RED HAT au second semestre 2019. Spécialisée dans les solutions logicielles Open Source dédiées aux entreprises, cette multinationale est notoirement connue comme étant le premier distributeur du système d’exploitation GNU / Linux.

L’Usine Digitale aborde dans un article les tenants et aboutissants de ce qui n’est pas moins que « la deuxième plus importante acquisition de l’histoire de l’informatique ».

IBM veut rattraper la concurrence

Malgré de conséquents investissements en faveur du cloud, IBM reste devancé par Amazon, Microsoft et Google. Aussi, la volonté clairement affichée par « Big Blue » est de capter de nouvelles parts de marché, notamment en motivant les entreprises à « accélérer leur transition » vers un cloud hybride qualitatif. Quoi de plus logique dès lors que d’y intégrer les solutions d’un prestataire aussi renommé que RED HAT.

IBM et RED HAT veulent rester fidèles à l’esprit Open Source

L’article nous apprend que malgré l’acquisition, RED HAT pourra conserver une « certaine indépendance ». De même, les deux parties prenantes de ce rapprochement se sont engagées à poursuivre leurs contributions en faveur de la communauté du logiciel libre. Si rien n’est officiellement formalisé en ce sens, cette déclaration d’intention devrait toutefois rassurer les aficionados de la philosophie Open Source.